Thérapie EMDR pour les clients suicidaires et comportements autodestructeurs

S'inscrire

 
avec Dolores Mosquera

4 et 5 décembre 2019 à Nivelles

 
 
Les comportements autodestructeurs et idées suicidaires sont probablement les deux aspects qui représentent le plus grand défi relationnel pour le thérapeute. Le patient qui s’automutile ou pense à se suicider pose une situation complexe sur le plan relationnel. La prise de conscience de notre réaction émotionnelle en tant que clinicien constitue un aspect central de l’intervention.

La situation de désespoir du patient qui ne voit pas de sens dans la vie peut amener les cliniciens à les considérer comme des cas perdus. La réaction émotionnelle face à la possibilité qu’un patient se suicide peut être intense et le thérapeute peut adopter des comportements d’évitement. De plus, certains patients peuvent tenter de nous faire porter la responsabilité de leur vie. C’est un point particulièrement important, car un thérapeute qui a tendance à s’engager de manière excessive peut finir par assumer la responsabilité de la vie du patient, ce qui restera toujours une impasse pour le processus thérapeutique. Dans cet atelier, nous aborderons les interventions visant à gérer ces aspects et à prévenir les réponses inutiles.

Certaines personnes confondent les termes suicide et automutilation ou intention des deux. Beaucoup de personnes qui s’automutilent ne veulent pas mourir. En fait, ce comportement les aide parfois à tolérer leurs souffrances et à les maintenir en vie. Mais si les patients ne disposent pas des ressources nécessaires pour gérer leurs émotions et résoudre leurs problèmes, les chances de recourir au suicide en tant que solution augmentent.

L’automutilation est souvent une stratégie d’adaptation provoquée par un traumatisme qui peut être comprise du point de vue du modèle de traitement de l’information adaptatif (AIP) et traitée avec la thérapie EMDR (Shapiro, 1995 ; 2001). Les idées suicidaires et les comportements autodestructeurs sont souvent liés à des souvenirs d’expériences de vie défavorables et traumatiques.

Travailler avec EMDR peut constituer un moyen puissant de neutraliser l’automutilation. Lorsque les comportements destructeurs reposent sur le manque de compétences en matière de régulation, il est nécessaire de donner au patient des informations et des outils adaptés. Travailler sur des souvenirs qui sont à la base d’une telle dysrégulation est crucial dans de nombreux cas. À de nombreuses occasions, les émotions, les sentiments, les croyances ou les souvenirs d’automutilation sont liés à des événements biographiques spécifiques. Identifier et traiter ces mémoires peut mettre fin au comportement auto-dommageable. La cible ne sera pas les comportements autodestructeurs eux-mêmes, mais les circonstances dans lesquelles ils se sont produits pour la première fois, l’origine des croyances négatives associées au problème et les souvenirs pouvant être identifiés par l’intermédiaire du pont d’affect.

Dans cet atelier, nous explorerons les différentes étapes de l’idéation suicidaire et découvrirons comment travailler avec elles. L’évaluation du risque vital est une priorité chez un patient présentant ces comportements. Nous aborderons également les comportements d’automutilation et la régulation émotionnelle du point de vue de l’EMDR.

Objectifs

  1. Les participants seront en mesure de décrire les différentes étapes de l’idée de suicide et de savoir comment travailler avec elles.
  2. Les participants seront en mesure de comprendre l’automutilation et le suicide du point de vue du TAI.
  3. Les participants seront en mesure d’identifier des interventions EMDR structurées spécifiques destinées à améliorer les capacités des clients en matière de soins de base et d’autorégulation émotionnelle.
  4. Les participants pourront nommer au moins trois exemples différents de cibles pertinentes dans le travail avec des clients suicidaires.
  5. Les participants seront en mesure de reconnaître et de choisir les réponses appropriées pour faire face au suicide et aux comportements autodestructeurs.
  6. 6. Les participants reconnaîtront et résoudront les situations cliniques difficiles qui se produisent fréquemment lors du traitement de clients faisant l’objet de tentatives de suicide répétées et de comportements autodestructeurs.

Méthodologie / Moyens pédagogiques

  • Exposés théoriques
  • Cas cliniques
  • Vidéos

Programme

donné sous réserve de modification

Phase 1. Anamnèse

  1. Particularités durant l’anamnèse pour les comportements auto-dommageables et les idées suicidaires.
  2. Caractéristiques et aspects à garder à l’esprit
  3. Outils d’exploration dans la phase 1 de la thérapie EMDR.
  • a. Explorer les comportements d’automutilation
  • b. Explorer les comportements autodestructeurs (pour soi et pour les autres)
  • c. Explorer les idées suicidaires

Phase 2. Préparation

  1. Psychoéducation et développement des compétences. Présentation de l’information adaptative
  2. Ressources et interventions spécifiques pour les comportements d’automutilation et autodestructeurs

Comportements d’automutilation et autodestructeurs : Phases 4 à 8

  1. Sélection de la cible
  2. Comment garder les clients dans la fenêtre de tolérance
  3. Aider le thérapeute à gérer sa propre fenêtre de tolérance

Public / Pré-requis

Praticiens en EMDR certifiés ou en cours de formation (niveau 2 théorique effectué)

Intervenant
Dolores Mosquera est psychologue et psychothérapeute. Elle est la directrice de l’Institut pour l’étude du trauma et des troubles de la personnalité (INTRA-TP), un organisme privé, dans lequel elle travaille en EMDR depuis de nombreuses années sur des cas en lien avec la traumatisation sévère. Elle est formée à plusieurs approches psychothérapeutiques et est superviseure EMDR Europe. Elle possède déjà une vaste expérience en formation, incluant l’enseignement, l’animation de séminaires et d’ateliers, ainsi que des conférences à travers le monde. Elle a publié de nombreux livres et articles sur les troubles de la personnalité, le trauma complexe et la dissociation ; elle est une référence reconnue en ce domaine.

Langue

La formation sera donnée en anglais avec traduction simultanée vers le français.

Crédits

La demande pour des points de crédit pour les praticiens EMDR a été faite.

Pour validation de l’atelier, il faut être présent pendant tout le programma.
Les participants recevront une attestation de présence.

A la fin de la formation les participants pourront remplir une fiche d’évaluation.

Durée et horaires

Durée : 2 jours – 14 heures.

Horaire : donnés sous réserve de modification.

Jeudi : de 9h00 à 18h00
Vendredi : de 9h00 à 17h00

Lieu

La Ferme du Bois D’Arpes
30 Chaussée de Mons – 1400 Nivelles

Conditions financières

Le coût de cet atelier est de € 525 ( € 565 après 6/11/2019)
Si votre formation est prise en charge par un tiers (sprl/association/institution/hôpital …) où vous travaillez en tant que salarié, le coût de la formation est de € 625 (€ 656 après 6/11/2019).

Veuillez régler votre inscription uniquement par virement (pas de chèques S.V.P.) sur le compte 645-1029670-50 de INTEGRATIVA (BIC/SWIFT-code : JVBABE22, IBAN-code : BE86 6451 0296 7050) adresse : Processieweg 7 à 9620 St-Maria-Oudenhove). Mentionnez en communication “EMDR et idées suicidaires" suivi de votre nom.

En cas d’annulation :

- 4 semaines avant la formation la somme totale est remboursée déduite de 25€ pour les frais d’administration

- 2 à 4 semaines avant le début de la formation, la moitié du montant sera remboursée déduction faites des frais d’administration de 25€

- Moins de 2 semaines avant, la formation n’est plus remboursée. Toute annulation se fait par écrit.

Les tarifs comprennent : l’enseignement pédagogique, les documents pédagogiques, le repas, les pauses café.

Ils ne comprennent pas : l’hébergement, le transport.

Inscription en ligne

Vous pouvez vous inscrire en cliquant sur "s’inscrire" ci-dessous

S'inscrire